Assemblée Générale du vendredi 4 mars 2016

Rapport Moral

Absents excusés : Monsieur le Président d’ECLA./ Monsieur le Vice-Président ECLA, Maire de VEVY. /Monsieur le Maire de VERGES.
Personnalités Présentes : M le Conseiller Régional, vice président d’ECLA, (P. GROSSET), Mme la Conseillère Départementale (D. BRULEBOIS), M le Conseiller Départemental (D. CHALUMEAUX), Mme la Vice présidente d’ECLA, Maire de Perrigny (Ch MAUGAIN), M le Président du SCOT, Pays Lédonien (P. ELVEZI), Mme la vice-présidente d’ECLA (A. BILLOTTE). Mme le Maire de Vincelles (B. MONNET), M le Maire de Montmorot (A. BARBARIN), M le Maire de Villeneuve /s Pymont (C. BOURDY), M le Maire de Pannessieres (M. MONNET), M le Maire de Briod (JM. ECOIFFIER). M le Maire de Conliège (R. REY), M le Maire de Revigny (JY. BAILLY).
Sont également présents les représentants des associations : JNE, VQR, APVFJ.
Pierre CHAVON présente le Rapport moral :
Bien que l’essentiel de cette AG soit le projet que présentera lui même le Président du Conseil Départemental, je voulais dire quelques mots sur les transports de marchandises et la pollution.
Rapidement quelques diapositives sur ces deux thèmes :
Les Transports : la comparaison des longueur Km des routes et celles des voies ferrées montrent une augmentation de celles des routes pendant que celles des voies ferrées diminuent … et ce n’est pas fini !!! Les statistiques s’arrêtent en 2013. Les cars Macron vont amplifier le phénomène…
La sécurité : le nombre de tués par accidents impliquant un PL est de 17,4 pour 100 accidents, et de 5,8 pour tous véhicules.
Enfin la pollution. J’invite tout le monde a aller sur le site ATMO FC. Deux mobiles sont installés à Perrigny et Revigny à la demande d’ECLA, par le Vice président en charge de l’Environnement Pierre GROSSET (présent).
On peut s’instruire sur les polluants et leurs mesures. Puis sur les résultats en direct. Une diapositive d’une photo écran de la semaine montre l’influence de la météo sur les taux de polluants…

Mais parlons du projet…
Monsieur le Président du CD 39 arrive à ce moment, juste à point nommé ! La parole lui est donnée, à peine arrivé.

Il nous explique que le projet précédent ne coûtait pas cher mais ne répondait aux exigences de sécurité. Celui passant près de Pannessières pose des problèmes techniques, même en passant par la zone industrielle. Sinon le coût reste trop élevé car dépassant les 50 millions d’€. Reste celui entre Vatagna et Montaigu. Il s’agit de diminuer la pente de la route existante en l’allongeant après la plaine de jeux, sous les vignes, puis en allant au-dessus de Vatagna, avant de revenir sur la route actuelle. Le tracé n’est pas définitif.
A la question du suivi, car beaucoup d’autres projets n’ont jamais abouti, le Président est d’accord pour faire le point régulièrement avec les services techniques, Monsieur le Conseiller Départemental (présent) et lui-même deux à trois fois par an.
Un appel non déguisé est fait par le Président du CD à M le Conseiller Régional pour participer au financement. Celui-ci répond qu’en terme de mise en sécurité, il peut en effet en être question. M le Président l’invite à participer aux points d’étape prévus.
Après quelques questions sur la faisabilité, l’instabilité du terrain, auxquelles répond le Président, l’association remercie le Président d’être venu expliquer lui-même ce qu’il prévoyait et comment il envisageait de mener le projet.

L’Assemblé Générale reprend alors son déroulement normal…. Deux volets : le projet, et l’avenir.

Le Projet actuel :

Il faut bien comprendre que le projet proposé, comme tous ceux qui nous ont été proposés a son lot d’inconvénients, d’imperfections… ou d’impacts négatifs. Mais ce n’est pas nous qui décidons de l’aménagement du Territoire. Nous, nous défendons un territoire, tout en demandant à ne pas reporter les mêmes nuisances chez nos voisins.

Pour cela il est nécessaire d’avoir de vraies études d’impacts, tant au niveau social qu’environnemental quelque soit le projet.
Mais il serait aussi utile de le comparer à une étude qui n’a jamais été réalisée, et qui, pourtant, pourrait être bien utile, c’est l’état des lieux de la Vallée aujourd’hui, et les impacts sociaux et environnementaux du passage des camions dans les villages de la Vallée et pour toute la Vallée.
Surtout si on imagine un avenir pour cette reculée aux portes de la Préfecture du Jura, et ville thermale.

Si ce projet aboutit :
Il nous faudra défendre l’impact paysager, l’impact environnemental, et nous pourrons avoir l’aide d’association comme JNE dont je connais maintenant l’efficacité. Puis l’impact social par rapport aux vignes et au village de Vatagna. Pour cela des représentants devront entrer au CA de l’association.

Mais de notre avis rien n’est décidé. Nous en sommes au stade d’études (internes) au CD39, puis il y aura des études géotechniques qui seront obligatoires compte tenu de l’instabilité du terrain (PPRN Mt). Et nous attendrons pour connaître la suite.

Le 20 décembre 2006 la DDE de l’époque nous disait en réunion publique à Conliège qu’un projet demandait 11 ans pour aboutir. Au minimum 8 ans avant que les travaux ne commencent. Donc 10 ans au bas mot. Et rien n’a commencé.

Il est facile de nous avoir à l’usure, nous, association, et pour le moment nous avons tenu bon ! Mais l’avenir sera difficile. Et nous devrions bien y penser davantage. Au minimum nous aurons attendu 14 + 10 = 24 ans soit une génération. Si jamais ce projet n’est pas le bon, ce serait alors deux générations !!!

Avenir ?

Je ne crois pas qu’une association de « Défense » puisse tenir plus de 10 ans. Nous en sommes à 14. On peut s’en féliciter, mais gardons les yeux ouverts ! Les membres du CA ont changé, la mobilisation semble difficile, même si nous vivons encore normalement. Bien d’autres associations seraient déjà anéanties. Nous devons construire autre chose. Il est temps, au moins d’y réfléchir.

Il faut une idée de départ. Mais la construction se fera comme toujours selon les opportunités de collaboration avec nos partenaires habituels ou nouveaux.
Si je prends l’exemple de la Salamandre tachetée. Je sais bien que tout le monde s’en fout ou presque ! Mais c’était l’opportunité offerte par JNE, du travail d’une étudiante naturaliste de Besançon. Collaboration qui est arrivée à nous presque toute seule.Il fallait bien évidemment l’intégrer. Nous pouvons aussi chercher ce genre de collaboration autour de nous.

Un rapide état des lieux de la Vallée, comme nous en avons déjà fait, montre les atouts présents :
– Reculée jurassienne aux portes de la ville Préfecture,
patrimoine naturel, forêts et bois communaux, biodiversité,
patrimoine bâti défendu par l’association ASPVV, l’Ermitage, les Peintures Murales…
patrimoine industriel viaducs, tunnels maintenant éclairés et sécurisés par l’agglo ECLA;
des voies vertes, des chemins de randonnées PDIPR en cours de balisage;
la Vallière qui nous réunit et nous rapproche des pêcheurs ;
Conliège en musique chaque année
Comment réunir tout cela dans un même élan, sur un même territoire ? Construire quelque chose à partir de ces éléments.

Le service civique est peut-être une possibilité. C’est le travail d’un jeune entre 16 et 25 ans au service de l’intérêt général sur une période de 6 à 12 mois, dont l’indemnité est de 573€ /mois dont 467,34 versés par l’Etat. Reste 106,31€ à charge mais la possibilité de toucher 100€ de l’Etat. Nous n’avons pas l’agrément mais d’autres associations l’ont déjà et en ont l’expérience comme JNE ou d’autres, et qui pourraient nous aider dans l’encadrement.

L’objectif que je suis en train de vous soumettre est d’essayer de construire quelque chose au sein de notre Vallée, qui nous serve autant à la défendre en attendant d’avoir une déviation efficace des camions, qu’à poursuivre la construction d’un projet de territoire d’une Vallée sans camions.

Ma question est donc : êtes vous d’accord pour que nous travaillons en ce sens ? Que nous essayons d’avoir un projet avec JNE, mais aussi avec les Maires de la Vallée ou autour de la Vallée, avec les Lycées agricoles, ou tout autre partenaire potentiel ?
L’idée est encore vague. J’espère que vous en avez compris le sens. L’histoire se fait souvent par le biais d’opportunités mais quand on est déjà sur le chemin.

La parole est donnée aux élus. Le Maire de Montmorot évoque de réunir les habitants autour de la Vallière, de Revigny à Montmorot. Le Président du SCOT encourage vivement l’association à aller dans le sens d’un projet de Territoire. Mme le Maire de Perrigny pense qu’il serait bon dès à présent de travailler à un projet de commune nouvelle pour 2020…Claude Changarnier (VQR) regrette que le projet d’aménagement en voie verte du chemin qui longe la Vallière depuis Lons jusqu’à Conliège n’aboutisse pas. Mme Billote (ECLA) répond que les choses seront plus faciles avec l’entrée de Montaigu dans la communauté d’agglomération ECLA.
Les adhérents sont d’accord pour la proposition de travailler sur une idée de territoire de la Vallée, qui pourrait servir à poursuivre la défense de la Vallée, mais aurait l’intérêt d’être plus positif en allant au-delà d’une simple défense, et permettre de fédérer d’autres forces, et inclure les plus jeunes. Enfin, en gardant l’espoir d’une déviation, ce projet de Territoire serait l’idée que nous avons pour notre Vallée et de ce que nous voudrions qu’elle soit dans 10 ans.

Le rapport moral est voté favorablement à l‘unanimité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *